mardi 6 octobre 2015

Aujourd'hui, ça passe

ça passera, dit l'homme distrait et pressé à sa compagne pliée en deux par une douleur qu'elle a peine à supporter
ça passera, dit la mère qui n'a pas du tout envie de s'intéresser à la peine de coeur de son enfant et qui ne trouve que cette formule pour étancher ses larmes
ça passera, ce n'est rien du tout, dit le père dont le petit garçon hurle de mal après s'être écorché le genou.
ça passera, oui oui, ça passera, après une bonne nuit de sommeil, tu verras, tu n'y penseras plus

Il n'y a pas une phrase plus assassine que celle-là! Elle dénie à celui/celle qui souffre le droit à sa souffrance, le "prie" de sécher ses larmes qui dérangent et le plonge du même coup dans une solitude amère.

12 commentaires:

  1. C'est vrai, c'est un refrain que l'on entend depuis tout petit...
    Parfois, ça aide quand même à espérer, d'entendre répéter que ça va passer. Pour les petits bobos, c'est une saine attitude parentale que d'entraîner sa progéniture à dépasser sa douleur. Les enfants sont trop enrobés de coton à l'heure actuelle.
    Mais pour les grandes souffrances, c'est vrai que cette phrase résonne souloureusement comme une invitation à aller se plaindre ailleurs, et c'est douloureusement insupportable quand on aurait besoin de bienveillance et de compassion.
    Bisous ma Coum
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis bien d'accord qu'il vaut éduquer ses enfants à dépasser les douleurs. sans trop les enrober dans du coton! Mais D'ABORD montrer qu'on les a ENTENDU. Il suffit parfois de ça (les écouter, ne pas les remballer tout de site par un "ça va aller!) pour que le problème disparaisse

      bises à toi aussi

      Supprimer
    2. Tu as raison, Coum. L'écoute avant toute chose.
      J'ai tiré certaines leçons du passé. ..
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. merci Célestine... j'ai été "victime" enfant de cette non écoute. J'y ai particulièrement fait attention pour mes enfants!

      Supprimer
  2. C'est vrai ce que tu dis, Coumarine. "Tu verras, ça passera..." Bien souvent, la personne qui dit ces mots n'est pas "passée" par cette souffrance, et lorsqu'elle la traverse à son tour, elle devient apte à comprendre que "tu verras, ça passera" n'est pas aussi simple que cela...
    Belle journée à toi. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. souvent c'est le cas, sinon cette personne ne remballerait pas de cette façon si rapide...
      Belle journée à toi aussi

      Supprimer
  3. Je comprends bien tous les mots et les maux que tu viens de poser. Cela peut être en effet une phrase assassine, difficile à entendre!
    Bonne soirée Coumarine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hello Mart
      les mots et les maux... c'est exactement ça!
      merci!

      Supprimer
  4. Oui ne pas dénier la souffrance de l'autre... Même si effectivement cela passera dans une heure, dans un jour, dans une semaine, dans un an... ou dans plusieurs années.

    Mais quand on souffre, on souffre... et rien d'autre n'existe... De notre entourage nous avons besoin de compréhension, de compassion, d'affection mais pas de déni... Vivre sa souffrance, en guérir pour pouvoir avancer.. après...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. rien à commenter Suzame, tes mots sont d'or!

      Supprimer
  5. Merci Coumarine !
    Grand sourire... même si après n'est pas près d'arriver...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chaque jour un petit pas vers l'après... courage, je pense à toi

      Supprimer